Consultez le glossaire à l’aide de cet index

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | Tout

Page:  1  2  3  (Suivant)
  Tout

A

Abdomen

- bas ventre - panse - ventre -


nom, neutre, origine inconnue (inis)

Construit sur le verbe dere (mettre, placer) avec un préfixe ab (éloignement) et un suffixe -men (-μa grec). Littéralement : ce qui est caché. Sens : les entrailles, la panse, le bas ventre. Le mot s’emploie surtout pour les hommes avec un sens péjoratif (assimilation au porc). Synonymes : venter (ventre), alvus (intestins). Citation Cicéron (In Pisonem, 41) : Nam ille gurges atque helluo, natus abdomini suo non laudi et gloriae … (Car cet autre goinfre, ce glouton, né pour son ventre, non pour le mérite et la gloire, …). Citation Juvénal (Satirae, IV, 107) : Montani quoque venter adest abdomine tardus. (Ce ventre qui arrive attardé par sa panse, c’est Montanius). Autres citations : Caton le censeur (Plutarque, Vies, 9, 6) ; Cicéron (Pro Sestio, 110) ; Lucilius (Satirae, II, 8) ; Plaute (Miles Gloriosus, 1398).


Abjectus

- abattu (moralement) - banal - bas (lâche) -


adj, mfn, origine inconnue (a, um)

Construit sur le supin jectum de jacere (jeter) avec un préfixe ab (éloignement) et un suffixe grammatical –us. Littéralement : qui a été jeté loin (ou en bas), abandonné. Sens : banal, abattu (moralement) avec un trait de bassesse, de lâcheté (notamment sans courage). Synonymes : dejectus (découragé), afflictus (affligé), fractus (affaibli). Dans le paradigme : abjictio (bassesse), abjecte (lâchement). Citation Ammien Marcellin (Res gestae, XV, 13, 3) : Abjecte ignavus et, ut ais comicus, arte despecta furtorum rapiens propalam. (C’était un homme d’une lâcheté abjecte et qui, selon le mot du poète comique, méprisant l’art du vol, pillait ouvertement). Citation Cicéron (Philippicae, II, 85) : Quis umquam adparitor tam humilis, tam abjectus? Nihil ipse poterat, omnia rogabat, caput in aversam lecticam inserens beneficia, quae venderet, a collega petebat. (Quel appariteur ne fut jamais si rampant et si abject? Ne pouvant rien par lui-mème, il ne faisait que supplier; plongeant la tête derrière la litière de son collègue, il mendiait des grâces pour les vendre). Autres citations : Cicéron (Philippicae, XIII, 17 ; Tusculanae disputationes, III, 26 ; Brutus, LXXXVI, 295 ; Orator, LV, 184 ; Ad familiares, I, 9, 16) ; Pline le jeune (Epistulae, I, 5, 8) ; Quintilien, (De institutione oratoria, XI, 1, 13).


Accipiter

- homme rapace - rapace (homme) - spoliateur - vautour -


nom, masc, origine incertaine (tris)

Mot composé avec l’adjectif acer, pointu, impétueux et le verbe petere (chercher à atteindre). EM évoque un rapprochement par étymologie populaire avec le verbe accipere (prendre pour soi). Les auteurs classiques semblent préférer vultur* (même sens). Littéralement : oiseau de proie, faucon crécelle, épervier. Sens : homme rapace, vautour, spoliateur avec un sème de méchanceté. Synonymes : milvus* (milan), vultur* (vautour), (également tinnunculus, faucon crécerelle mais sans occurrence connue d’emploi injurieux). Dans le paradigme : accipitrinus (d’épervier), accipitrine (rapine), accipitrare (déchirer à la manière d’un oiseau de proie). Citation Plaute (Persa, 409) : Oh lutum lenonium … pecuniae accipiter atque invide, procax, rapax, trahax … (Ô lie des maquereaux … vautour avide et envieux de notre argent, quemandeur, voleur, rapineur …).


Acheruntis pabulum

  - gibier de potence -


syntagme, neutre, origine incertaine, Acheruntis est cependant d’origine grecque et désigne l’Achéron (i)

Construction plautinienne sur le mot grec Ax ε p ω v (l’Achéron, le fleuve des enfers) et le mot latin pabulum dérivé du verbe déponent pabulari (prendre sa pâture, chercher des vivres). Littéralement : nourriture de l’Achéron. Sens : gibier de potence. Synonyme : crucis offla ou offula (gibier de potence). Citation Plaute (Casina, 159) : Faciam uti proinde ut dignus vitam colat, acheruntis pabulum, flagiti persequentam, stabulum nequitiae. (Je lui ferai mener une vie digne de ses mérites, gibier de l’Achéron, fauteur de scandales, repaire de débauche).


Admissarius

- débauché - étalon -


nom, masc, origine incertaine (ii)

Construit sur le supin missum du verbe mittere (lacher, lancer) avec un préfixe ad (vers) et un suffixe -arius. La relation au cheval est attestée par EM dans la langue des éleveurs. Admittere, laisser aller, laisser faire, est attesté par Varron (Res rusticae, 2, 5, 14 ; 2, 8, 3) au sens d’« accoupler le mâle ». Littéralement : étalon. Sens : débauché avec un sème renforcé de sexualité masculine. Synonyme : libidinosus* (capricieux), moechus (licencieux), dissolutus* (dépravé) ; spatalocinaedus (débauché pédéraste – Pétrone (Satyricon, 23), verres (verrat) Dans le paradigme : admissura (la saillie) ; admissio (admission, audience mais aussi saillie) ; admissor (celui qui introduit, celui qui commet) ; admissus (l’action de commetre) ; admittere (faire aller vers, admettre). Citation Cicéron (In Pisonem, 69) : Itaque admissarius iste, simul atque audivit voluptatem a philosopho tanto opere laudari, nihil expiscatus est. (Ainsi cet étalon dès qu’il entendit que le plaisir était mis aussi haut par un philosophe, ne regarda pas plus avant). Citation Plaute (Miles Gloriosus, 1112) : Nam tu quidem ad equas fuisti scitus admissarius qui consectare qua mares qua feminas. (Tu aurais fait un fameux étalon, à voir comme tu poursuis à la fois les mâles et les femmes). Citation Sénèque (Naturales quaestiones, I, 16, 2) : Haec autem ita disponebat ut, cum virum ipse pateretur, aversus omnes admisarii sui motus in speculo videret. (Ces miroirs étaient disposés de telle façon que, quand il se livrait à un homme, il pouvait voir tous les mouvements du fouteur qu’il avait derrière lui).


Adrogans

- arrogant - insolent - présomptueux -


participe-adjectif, mfn, origine inconnue (tis)

Construit sur le verbe rogare (s’adresser à, demander) avec le préfixe ad (vers) et le suffixe verbal -ans. On trouve également la forme arrogans. On retrouve ici la racine *reg’ indiquant un mouvement en droite ligne sur laquelle ont été construit rogare (demander) comme regere (guider, mener, diriger, tracer des frontières). Littéralement : qui demande en plus. Sens : arrogant, insolent, présomptueux. Synonymes : audax* (effronté), superbus* (orgueilleux), procax* (effronté), immodicus* (excessif). Dans le paradigme : adrogare (s’arroger), adrogantia (arrogance), adroganter (avec arrogance) mais aussi adrogatio (adoption d’une personne), adrogator (qui adopte). Citation Cicéron (Philippicae, VIII, 24) : Qua adrogantia, quo spiritu ! (Avec quelle arrogance, quel orgueil !). Citation Tacite (Annales, XI, 21, 4) : Longa post haec senecta et adversus superiores tristi adulatione, adrogans minoribus, inter pares difficilis, consulare imperium … obtinuit. (Parvenu depuis à une longue vieillesse, fâcheusement flatteur à l’égard de ses supérieurs, arrogant avec ses inférieurs, rogue avec ses égaux, … il obtint le pouvoir consulaire). Autres citations : César (De bello Gallico, I, 33, 5) ; Cicéron (Pro Murena, 78 ; Orator ; In Vatinium, 10) ; Orose (Historiarum adversus paganos libri, VII, 25, 9) ; Salluste (De bello Jugurthino, LXXXV, 25).


Adulator

- flagorneur - flatteur - vil courtisan -


nom, masc, origine obscure (oris)

Construit par dérivation avec un suffixe -tor sur le verbe adulari (flatter, caresser), analogique de blandior* (flatter). EM évoque une origine au sens concret du chien qui va vers (ad) son maître en remuant la queue (cauda) pour se faire caresser. Littéralement : flatteur. Sens : flagorneur, vil courtisan. Dans le paradigme : adulatio (basse flatterie mais aussi prosternement et adoration des dieux) ; adulatorie (en vil flatteur). Citation Quinte-Curce (Historiarum Alessandri Magni libri, VIII, V, 8) : … et ex Sicilia Cleo, - hic quidem non ingenii solum, sed etiam nationis vitio adulator, - et cetera urbium suarum purgamenta, … (…, un sicilien, Cléon, flatteur lui par vice naturel mais aussi national, et d’autres rebuts de leurs cités, …). Autres citations : Lactance (Divinarum institutionum libri, V, 6, 8) ; Sénèque le rhéteur (Controversiae, 7, 3 (18), 9) ; Sénèque (Naturales quaestiones, 6, 13) ; Tacite (Annales, 6, 32) ; Tertullien (De anima, 51, 4).


Adulter

- adultère - altéré - diabolique - falsifié - hérétique - infidèle -


adjectif, mfn, origine italique (era, erum)

Construit sur l’adjectif alter (l’un des deux) avec le préfixe ad et le suffixe comparatif -tero (du grec e-teros). L’idée de l’autre est renforcée par le préfixe ad assimilé par EM à alius. La forme substantivée est fréquente. Littéralement : qui a des relations sexuelles hors mariage (pour les animaux hors espèce). Sens : adultère, altéré, falsifié et à l’époque chrétienne, hérétique, diabolique, infidèle. Synonymes : moechus* (adultère, licencieux), infidelis* (infidèle), falsus* (faux). Dans le paradigme : adulteratio (falsification), adulterator (falsificateur), adulterinus (falsifié, vicié), adulterium (l’adultère), adulterarei (commettre un adultère, falsifier). Citations Cicéron (In Catilinam, II, 7): Quis tota Italia veneficus, quis gladiator, … quis nepos, quis adulter, quae mulier infamis … ? (Est-il en Italie un empoisonneur, un spadassin … un dissipateur, un adultère, une fille perdue … ?). Citation St Cyprien (Epistulae, IV, IV, 1) : Si autem de eis aliqua corrupta fuerit deprehensa, agat paenitentiam plenam, quia quae hoc crimen admisit non mariti sed Christi adultera est. (Que si l'une ou l'autre est trouvée n'être plus vierge, qu'elle fasse la pénitence plénière, car, en commettant un tel crime, elle est devenue adultère non à l'égard de son mari, mais à l'égard du Christ). Citation Juvénal (Satirae, II, 29) : Qualis erat nuper tragico pollutus adulter/concubitu. (Tel était naguère l’amant souillé d’un inceste de tragédie). Citation Tertullien (Adversus Hermogenem, I, 2) : … bis falsarius, et cauterio et stilo, totus adulter et praedicationis et carnis … (… double faussaire, avec son fer à brûler comme avec sa plume, adultère tout entier dans son enseignement comme dans sa chair). Autres citations : Cicéron (Pro Sestio, 39 ; Pro Caelio, 49 ; Pro Plancio, 30) ; Horace (Odarum seu carminum libri, III, 3, 25) ; Lactance (Divinarum institutionum libri, V, 19, 30) ; Ovide (Amores, III, 4, 5 ; Remedia amoris, 161) ; Tacite (Annales) ; Tertullien (De pudicitia, 10, 12) ; Virgile (Aeneis, X, 92).


Adventor

- client d'une prostituée - qui va aux putes -


nom, masc, origine incertaine (oris)

Constuit sur le supin ventum du verbe venire (venir) avec le préfixe ad (vers) et le suffixe -tor (agent de l’action). Littéralement : celui qui rend visite. Sens : client d’une prostituée. Dans le paradigme : advenire, aller aux putes. Citation Apulée (Metamorphoseon libri, X, 21): Tunc exosculata pressule non qualia in lupanar isolent basiola jactari vel metricum poscinunmia vel adventorum negantinumia. (Elle me couvre ensuite de baisers, et non comme en envoient dans les lupanars les prostituées qui mendient des piécettes ou les clients qui les refusent) Autre citation : Plaute (Truculentus, 616).


Ager

- sexe féminin -


nom, masc, origine inconnue (agri)

Mot de base. EM propose un rapprochement avec le mot grec aγpóç(le champ). Littéralement : le champ du domaine privé ou public, le plus souvent cultivé. (Le terme s’oppose à urbs). Sens : champ. Métaphore obscène fréquente pour désigner chez les prostituées le sexe (cunnus*). On trouve dans la même idée aratio (la terre labourée pour la fornication), aratincula (le petit sillon pour le sexe féminin), arare (labourer pour forniquer). Synonyme ; agellus, le petit champ ; Homonyme : agger, l’amas de terre pour la fortification d’un camp. Citation Juvénal (Satirae, IX, 45) : Servus erit minus ille miser qui foderit agrum quam dominum. (Il est moins malheureux l’esclave qui fouit le sol que l’homme qui fouit son maître). Citation Martial (Epigrammae, XII, 16, 3) : Addixti, Labienne, tres agellos, emisti, Labienne, tres cinaedos, pédicas, Labienne, tres agellos. (Tu as vendu, Labiennus, trois petits champs ; tu as acheté, Labiennus, trois mignons ; tu sodomises, Labiennus, trois petits champs). Autres citations : Martial (Epigrammae, IX, 21) ; Plaute (Truculentus, 149).



Page:  1  2  3  (Suivant)
  Tout