Consulter le glossaire à l’aide de cet index

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | Tout

M

modèles

les modèles

 

références

idées

admiration pour Hugo : 

  • « Le Forgeron » copie des procédés de l’épopée hugolienne (Cf. Les Châtiments)

  • « La Victoire de Sarrebrück » : détournement de l’écriture de Hugo pour qu’ils servent à la caricature

Rimbaud influencé par d'autres poètes

  • mais avec liberté

  • volonté de renouveler

 


Q

quotidien

le quotidien

 

références

idées

Rimbaud raconte son ennui, ses fugues, ses errances

Cf. scène de vie de province lors d’un concert militaire à Charleville dans « À la musique »

Cf. ses fugues sur les routes, comme un journal de bord, avec la mention de l’heure d’arrivée dans « Au Cabaret-Vert » : « cinq heures du soir », jeux grivois avec les servantes

  • voie créative
    - en renouvelant les grands thèmes
    - en abandonnant les grands sujets pour évoquer son quotidien

  • dimension autobiographique de certains poèmes => effet de « Choses vues », entrée paradoxale du prosaïsme dans la poésie

 


R

refus du lyrisme

refus du lyrisme

 

références

idées

  • « Le Buffet » : Rimbaud dépersonnalise la poésie, refus du "je"

  • « Roman » : aventure personnelle, sentiment amoureux, mais avec "on" ("On n'est pas sérieux…") ou "vous"

  • Rimbaud juge "horriblement fadasse" (lettre à Izambard 1871) le lyrisme sentimental d’un certain romantisme

Influence du Parnasse dans ce refus du lyrisme
(les Parnassiens cherchent une forme d'objectivité, loin de la sentimentalité)

 


S

stéréotypes

jeu sur les stéréotypes

 

références

idées

  • idylle champêtre dans « Les Réparties de Nina » → vulgarité de la vie rurale ("Une vache fientera")

  • déesse dans « Vénus Anadyomène » → prostituée morte dans sa baignoire + détail atroce ("ulcère à l’anus")

jeu avec les stéréotypes poétiques pour les tourner en dérision


émancipaition dans les thèmes poétiques traditionnels

 


V

variété des sujets

variété des sujets

 

références

idées

  • nature : hommage à une nature personnifiée (dans « Sensation », comme femme aimante, dans « Le Dormeur du val », comme mère protectrice)

  • amour : « Soleil et chair » inspiré du De Rerum Natura de Lucrèce, hymne païen qui célèbre la force créatrice de l’amour (avec critique du christianisme)

  • politique : « Le Mal » dénonce Napoléon III, la guerre et la religion
    « Les Effarés » dénonce la misère des enfants, rappelant les vers des Contemplations

  • société : critique de la société conservatrice à travers des portraits satiriques
    Cf. "bourgeois poussifs", "leurs bêtises jalouses" (« À la musique »)

  • adolescent provocateur qui reprend des grands thèmes

  • mais il s’en émancipe en se les appropriant:

 

  • le grand sujet de l'amour est traité dans le quotidien, la dénonciation de la guerre dans un poème à chute…

  • + voie véritablement créative en abandonnant les grands sujets pour évoquer son quotidien

 


variété des tons

variété des tons

 

références

idées

  • satirique et railleur (« À la musique », « Rages de Césars »)

  • révolté (« Le Forgeron », « Morts de Quatre-vingt-douze... »)

  • appelé par le désir érotique (« Rêvé pour l’hiver », « La Maline »)

  • mélancolique (« Ophélie »)

  • macabre (« Le Bal des pendus »)

Les libertés avec la forme permettent aussi une liberté de ton


Le mot "émancipation" est à comprendre dans tous ces sens: 

  • fugues = émancipation familiale

  • poésie libre = émancipation littéraire

  • tons divers = émancipation de l'esprit / société

 


vers

le vers

 

références

idées

Rimbaud écrit souvent en alexandrins

et dans une forme fixe (sonnet)

Mais :

  • présence aussi de vers courts (« Les Effarés », « Les Réparties de Nina »)

  • rythme renouvelé (enjambements nombreux, Cf. « Au Cabaret-Vert »)

  • « La Maline » : rejet de la conjonction "et" sur le 1er tercet (alors que traditionnellement tercets = rupture)

le vers libre viendra plus tard (Illuminations), mais déjà une émancipation, même dans des formes fixes

 


vocabulaire

le vocabulaire

 

références

idées

utilisation de mots triviaux, peu habituels en poésie

  • "Leurs culs en rond" (« Les Effarés »), 

  • "foin des bocks et de la limonade" (« Roman »), 

  • "crachats rouges" (« Le Mal »), 

  • "Du jambon" (« Au Cabaret-Vert »)

  • les cordes de la lyre du poète deviennent les "élastiques / De mes souliers blessés" (« Ma Bohème »)

le poète doit « trouver une langue » (lettre à Demeny, 1871)

émancipation par rapport aux codes de la poésie traditionnelle

irruption

  • des mots du quotidien

  • de tournures orales

 


voyant

le voyant

 

références

idées

Irruption du quotidien mais avec création poétique

  • patois des Ardennes dans les poèmes du second cahier : "ce n’est pas un baiser qui l’épeure" (« Au Cabaret-Vert »), " j’ai pris une froid" (« La Maline »)

  • buffet qui ouvre lentement ses "grandes portes noires"

  • métaphores qui transfigurent le réel
    Cf. « Ma Bohême » : étoiles → dames aux robes froufroutantes, rosée fraîche → "un vin de vigueur"

le poète est "un voyant"

 

=> le quotidien est auréolé de mystère, poésie qui s’ouvre sur l’inconnu

 

=> les images prennent leur source dans le quotidien, mais transfiguration par un poète qui "voit" au-delà